French psycho

Publié le par Bobzeflash

Dès son premier album, baptisé paradoxalement "Près de toi", Lorie a su dégager les principaux thèmes qui formeront la base de son oeuvre. Sorti le 30 octobre 2001 pour l'édition simple, celui-ci contient certaines chansons (qui sortiront d'ailleurs en single dès 2001 et en 2002, même si on peut trouver un single de promo canadienne en 2000) dont les textes illustrent les atermoiements d'une jeune fille adolescente en France, prise entre la découverte de ses pulsions naissantes et la méfiance vis-à-vis de l'autre sexe, particulièrement exprimée dans "Toute seule" :

"Leurs mensonges me dérangent
Je sais ce qu'ils me veulent
[...]
Sous leurs airs innocents
Ce sont de vrais brigands
"

La méfiance est donc de mise et la réalisation de ses pulsions émotionelles intimes remise à plus tard. La porte n'est toutefois pas fermée puisque l'on peut lire dans "I love you" :
" La prochaine fois
Que tu viens ici
Je serais toute à toi
"

Cette promesse va trouver un nouvel écho dans le deuxième album, "Tendrement", sorti le 17 septembre 2002, où Lorie apparaît déjà plus dénudée sur la pochette, comme une invitation au voyage. A travers "J'ai besoin d'amour" on constate que les hormones commencent à travailler... :
" Moi j'ai besoin d'amour
Des bisous, des câlins
J'en veux tous les jours
J'suis comme ça
Mon coeur est à la fête
Lorsque tu me prends dans tes bras
"
(pour ces deux derniers vers : toute ressemblance avec d'autres paroles célèbres ne serait que plagiat éhonté pure coïncidence)
... à tel point que la chanteuse dévoile le mode d'emploi pour la séduire dans "Ton sourire" :
"Tu m'as pris par surprise
Depuis j'en suis éprise
"


Le véritable tournant est celui de l'album suivant, le double CD sorti le 25 août 2003. Cet album, en forme de silence assourdissant, puisqu'il ne contient que des reprises, traduit le temps de la mutation que subit Lorie, mutation qui s'exprime dans un DVD joint à l'album lui-même où figure le désormais culte : "Sur un air latino". Les paroles troublantes de cette chanson annoncent la disparition de la jeune fille et l'éclosion de la femme :
" Et mon corps commence à se déhancher
Un zeste de téquilla, me voilà señorita,
[...]
Sur un air latino et mes idéaux, je décolle illico,
Il fait toujours très chaud dans l'ambiance des rythmes latinos
"
(notons le parallèle avec "Toxic", extrait de l'album "In the zone" sorti en 2003 également, où Britney Spears adresse des signaux clairs à son public quant à sa nouvelle maturité sexuelle)
Gageons que la rupture avec Billie Crawford, qui précède la sortie de l'album, n'est pas étrangère à cette prise de conscience.

Le quatrième album, "Attitudes", sorti le 19 janvier 2004, sera celui de la maturité. Lorie diversifie sa palette, abordant des thèmes plus difficiles (le départ de la maison familiale ("Le temps de partir"), les premiers voyages ("Au-delà des frontières") ou la solitude de la star ("Sur la scène"). Toutefois, Lorie n'oublie pas ses fondamentaux, et nous donne sa recette pour passer un bon Week-end, à travers "Baggy, Bandana et poésie" :
" Le style un peu Ghetto,
Un tatouage sur la peau
Tout devient si magique
Quand il se la joue romantique
"
(Cette problématique du bad boy sentimental a par ailleurs été abordée dans "Jeune Demoiselle" de Diams, même si cette dernière paraît plus exigeante puisqu'elle indique que " Mon mec c'est une encyclopédie car il se cultive", tandis que ce critère n'apparaît pas dans les paroles de Lorie)

Passons rapidement sur le live de 2004 et le best of de 2005 pour en venir à l'album de la consécration, "Rester la même", sorti le 31 octobre 2005, où la chanteuse traite un thème curieusement absent des émissions de télé-réalité : rester soi-même. Dans la chanson titre, Lorie s'ouvre, avec pudeur, sur les blessures qu'elle a pu subir de par sa notoriété :
" Les gens peuvent bien penser
Que je n' sais plus rêver
Mais regarde-moi
Sans me juger
Suis-moi tu verras
Je ne suis pas une diva
"

ou sur les difficultés liées à l'image qu'elle se renvoie lorsqu'elle fait du shopping (extrait de "Fashion victim") :
"Quand je passe devant les vitrines
Les bras chargés de sacs de shopping
J'm sens un peu ridiculing
Je suis une fashion victim'
"
Eh oui, ridiculing, c'est l'album de la prise de conscience, des doutes, mais aussi du dépassement de soi :
" Les intérêts, les interdits
C'est pas mon style de poésie
Pas question d' finir dans les ronces
Je fonce, je fonce
"
(extrait de "Je fonce", où l'artiste dévoile un peu plus l'évolution de sa sexualité).

Depuis la sortie du single "Parti pour zouker" en mai dernier, plus rien (au moment où on apprend que l'album d'Alizée pourrait ne pas sortir en septembre). L'artiste travaillerait à son auto-biographie.

Commenter cet article

Fred 07/09/2006 09:49

Ahahah c'est marrant, il suffit de parler de Lorie pour qu'on ait plein de commentaires sur son blog...un autre l'a fait, de maniere un peu agressive et il a récolté quelques 670 commentaires...bon la plupart venant d'ado prépubères fans de Lorie qui le traitent, en gros, de vieux con pour avoir osé la critiquer...j'espere que tu ne subiras pas ça!
Mais quelle inconscience tout de même d'oser s'attaquer à cette icône...Suis sur que tu vas meme avoir des internautes qui tomberont sur ton site apres avoir chercher: "Lorie nue"...(ce qui, entre nous, est moins grave que de chercher Mimi Mattis nue, ou Bernadette chirac nue...)
 

Bobzeflash 07/09/2006 15:18

non non t'inquiète moi j'ai 25 coms à tout casser et si tu enlèves mes potes j'en ai 2Je peux donc laisser éclater ma passion pour Lorie en toute sérénité

Ange. 30/08/2006 18:26

Alors déjà, je tiens à préciser que la principale personne qui joue de la guitare à l'archer, à savoir Jònsi de Sigur Ròs, n'est pas du tout chevelu. Ensuite, il en est un autre, à savoir Jonnhy Grennwood de Radiohead sur Pyramid Song (Amnesiac - 2001) en live, qui en joue parce que c'est un peu compliqué de trimballer des ondes martenots en tournée, déjà qu'ils ont un max de matos, étant donné que ça fait sensiblement la même chose. Il est certes chevelu, mais moins qu'avant (c'est d'ailleurs honteux, on voit son visage quand il joue !) et même que Samedi à Rock en Seine, il a osé avoir une capuche pendant la première chanson (Airbag - OK Computer - 1997). Et puis c'est sympa de jouer de la guitare à l'archer, ça donne une autre dimension à l'instrument.
..::"~'Ǻñ§Ξ'~"::..
PS : ce commentaire n'a pour but que de réhausser un minimum le niveau culturel de ce blog.
PS2 : j'ai été traînée de force à ce festival folklorique, c'est pas cool de s'en servir contre moi, ça a déjà été suffisamment difficile pour moi...

Bobzeflash 31/08/2006 15:00

Pour tout te dire, ce que tu racontes là me scandalise. Je comprends pas trop comment on peut en arriver à des extrêmités pareilles : on voit le visage de Johnny ! Quant à la capuche, c'est clairement du foutage de gueule. J'aurais été toi, je l'aurais abattu, histoire de marquer le coup.

Ada 30/08/2006 14:55

Excellent travail !

Bobzeflash 30/08/2006 15:03

Sobre, propre, du Ada quoi.Bravo Ada.Encore !

ancat 30/08/2006 09:34

Ecartez-vous ! Ecartez-vous ! Laissez-moi passer ! Je suis secouriste, dégagez, il lui faut de l'air ! Monsieur ? Monsieur ? Vous m'entendez ? Si vous m'entendez , serrez ma main ! Qulequ'un appelle le 15 ! Dites qu'on a un homme, en pleine crise cérébrale, tout juste conscient, à l'angle du blog Bobzeflash. Il est en position latérale de sécurité, on les attend.....

Bobzeflash 30/08/2006 15:02

Brel et Brassens non plus n'ont pas été reconnus à leurs débuts. On verra bien, chère Ancat (ça vient d'où Ancat d'ailleurs ?)

ankou-net 30/08/2006 08:19

C'est vrai que tout ça est un peu lèj. J'ai peur que tu sois passé à côté du message essentiel de Lorie. J'espère que tu te rattraperas sur Alizée...

Bobzeflash 30/08/2006 15:01

Priscilla. Tu voulais dire Priscilla. J'y travaille.Alizée... "pas assez blacky"...