Le goût de la politique n’empêche pas l’ouverture d’esprit

Publié le par Bobzeflash

Tenez, prenez, par exemple, moi.

Personne au monde n'osera plus jamais me taxer d'étroitesse d'esprit après l'aventure de mardi soir. Figurez-vous que j'ai dîné avec une communiste révolutionnaire !!!! (bon, en fait, je ne savais pas qu'elle était communiste révolutionnaire, sinon tu penses, je ne l'aurais pas laissée me tutoyer ; et puis à un moment, discourant des menées factieuses d'un petit nombre de séditieux français, ne voilà pas la drôle qui me sort : "on", au lieu d'un salutaire "ces gens-là" !!! ; là bien sûr, mon sang s'est glacé dans mes veines (tout en ne faisant qu'un tour, pour dire l'émoi qui fut le mien) mais il était un peu délicat de partir en courant à ce moment du repas et j'ai dû achever mon dîner tant bien que mal, tremblant chaque fois qu'elle mettait la main dans son sac par peur de la voir en extraire un croc de boucher afin de m'y suspendre (je le sais, ce sont leurs méthodes).

Cet épisode douloureux a tout de même eu un effet bénéfique car il a provoqué en moi l'émergence du doux souvenir de ce moment précis de mon enfance où se fixa ma conscience politique. Nous étions à la veille des élections présidentielles (euh... pas celles de 2002, hein, et peut-être même pas celles de 1995, disons un peu avant), j'avais six ans, et j'étais assis sur le balcon de notre appartement du boulevard Sicard à Marseille. Ma mère étendait le linge. Récipiendaire du stress familial, je lui demandais :

" Mais Maman, qu'est-ce qu'on va faire si les socialistes passent ?"

Et là ma mère suspend son mouvement, se tourne vers moi, me regarde, et me fait :

"Je ne sais pas. Je ne sais pas ce qu'on va faire" (ton grave).

Avec le recul, cette peur-là peut prêter à rire. Attendons donc, et peut-être rirons-nous bien.

Commenter cet article

Nono 10/05/2007 11:38

Car oui, oui, absolument, il ne faut pas dire "autant pour moi', mais bien "au temps pour moi".
Pourquoi me demanderez-vous? Eh bien, parce que.
Asseyez-vous autour du feu, tonton nono va vous expliquer.
Au bon vieux temps des rois de France (un temps béni s'il en est!), nos joyeux soldats n'étaient armés que de vils fusils. Aaaaaaaaah souvenez-vous... Fontenoy, 1745... La guerre en dentelle, une merveille, mes amis, une merveille...
Nos braves soldats y zont rien que des zarmes pourraves donc. Et, entre deux coups de feu, il faut un max de temps pour rechercher. D'où l'expression "au temps pour moi", genre, t'es gentil, coco, tu me laisses recharger et on s'explique après!
Voilà.
Non, ne me remerciez pas. Eclairez vos lanterne est ma mission dans la vie. Et  je m'en acquitte fièrement.
Au revoir

Bobzeflash 11/05/2007 11:35

"Et, entre deux coups de feu, il faut un max de temps pour rechercher."(si tu permets que je te cite, hein)Eh oui, moi aussi, il m'a fallu un max de temps pour rechercher ce qu'il fallait rechercher entre deux coups de feu.Si tu pouvais préciser ta propre précision, pour l'édification de mes lecteurs, ce serait complètement top.(oui, je sais, voilà bien une réponse mesquine, mais dis toi bien que je n'ai pas réussi à rien trouver d'autre comme passing-shot)

Chick 10/05/2007 10:48

"Mais vous êtes tous de gauche là, qui me lisez ? ils sont où les 53% honteux bordel ???"Je crois que Kir a la réponse...

Bobzeflash 10/05/2007 10:49

Diantre ?!Je m'en vais voir ça.

Didine 10/05/2007 08:59

Bon...OK...Ca me fait mal de l'avouer, mais autant pour moi, je peux effectivement avoir commis une erreur d'interprétation...Je retire (très temporairement) le terme "malhonnête".

Bobzeflash 10/05/2007 09:45

Mouais.(si un psychopathe de la langue genre Nono passait par là, il te ferait une remarque mesquine à propos de "autant pour moi", mais moi tu sais je suis pas comme ça)

Didine 10/05/2007 00:13

Moi je pense que quelqu'un qui a la naïve attention de mettre en rouge les termes "communiste révolutionnaire", des fois que, ne peut pas être foncièrement mauvais. Enfin, c'est ce que je me dis à la première lecture. Après, je relis, et j'achoppe sur les 6 ans...Et tout s'effondre (malhonnête).

Bobzeflash 10/05/2007 09:44

AH AH AHLE FLAG !!Voilà bien la preuve de ce que j'endure depuis de longs douloureux mois : Madame survole, lit à moitié comme elle écoute à moitié, puis tire des conclusions dont la fausseté n'a d'égale que l'aplomb avec lequel elles sont assénées !Je n'ai jamais précisé de quelles élections il s'agit, si tu relis (enfin si t'as deux minutes quoi)Je suis content car enfin la justice éclate à la face du monde

Un Homme 09/05/2007 22:29

Dieu merci, nous savons tous qu'en France le socialisme est mort avec Jaures en 14...C'est dingue, tu parais nettement plus jeune quand-meme ;)

Bobzeflash 10/05/2007 09:41

Attention, le halo de mystère qui entoure mon âge est toujours aussi épais, pas de conclusions hâtives...