Aventures littéraires dans le RER

Publié le par Bobzeflash

rer_b_16h45.jpgRha la la, tu sais pas ce qui m'est arrivé, hier soir ? (quelle histoire encore !) figure-toi qu'en partant, je discute avec ma chef (enfin plutôt c'est elle qui discute avec moi, et moi je fais : hum...hum... hum ? hum !) et du coup j'en oublie mon livre du RER (le Premier homme, que j'ai commencé à lire sur la bibliothèque des Classiques des sciences sociales de Chicoutimi, avant que Gallimard ne le fasse retirer, avec un argument subtil, puisque la législation canadienne prévoit que les droits sont libres 50 ans après la mort de l'auteur, et selon Libération du 2 février 2011, cette oeuvre "a paru chez Gallimard à titre posthume, en 1994, et n'est donc pas tombée dans le domaine public au Canada", ce qui fait que la date de la mort de l'auteur n'est plus prise en compte en cas de publication posthume, mais ce serait la date de parution de la dite oeuvre posthume qui ferait partir le délai des 50 ans, ami juriste Québecquois merci de m'édifier), que j'avais mis sur mon bureau pour aller plus librement me rendre à la FNAC (acheter un livre pour Mina, littéraire de son état, que j'invite comme chaque année au restaurant, en l'occurrence ce sera le corse du Palais royal, et à qui j'offrirai un Satrapi acquis à cette occasion) et que du coup je n'avais plus pour le RER, où ben forcément j'ai lu Satrapi, mais celui-là se lit vite.

 

Du coup, chez moi, je me suis mis à lire un autre livre "au fond de l'inconnu pour trouver du nouveau" (je sais pas si tu connais) (au début j'ai cru que c'était un plaidoyer pour la sodomie mais en fait peut-être pas) mais le matin impossible de mettre la main dessus (ben forcément : mon livre de chevet il est sur mon chevet, mon livre des toilettes il est (ah ah où est-il donc ?) et mon livre du RER, il est dans ma veste, sauf que là c'était pas vraiment mon livre du RER, du coup je l'ai mis nulle part, et au moment de partir j'ai dû me résoudre à entamer Dans la cathédrale d'Oster et ma résolution de ne plus lire qu'un livre à la fois (car j'ai décidé de ne plus lire qu'un livre à la fois, comme Michel Leiris cité à la première page de "au fond de l'inconnu pour trouver du nouveau", je contemple ma bibliothèque remplie par ma manie d'acheter des livres en étant gêné devant ceux qui ne sont pas lus).

 

Me voilà donc plongé dans l'embarras, et pour risquer un deuxième zeugma d'affilée, dans trois livres à la fois. Je ne sais pas comment je vais pouvoir m'en sortir.

 

 

 

 

Commenter cet article

mina 06/02/2011 20:22



merci encore bobby pour le livre et la soirée corse


et la promenade aussi (bienvenue)



Bobzeflash 17/02/2011 16:46



Le tout étant de faire croire à la fille que si tu t'es garé loin c'est exprès pour faire une promenade



Aurélia 04/02/2011 21:10



Tu


avais


promis


un mail


pour


le 20 décembre.


 


Je suis très déçue.



Bobzeflash 05/02/2011 11:51



Aurélia, je ... je sais, je suis un misérable ! mais maintenant je ne travaille plus (je fais un stage) et donc forcément, ben ton mel tu l'auras la semaine prochaine.


Un mel un peu chiad.



Ada 04/02/2011 14:49



Tiens c'est marrant la seule sortie culturelle que j'ai faite au TNP de Villeurbanne c'était les Histoires comiques des Etats et Empires de la Lune (enfin on avait eu des places gratos, on n'a
pas non plus grevé le budget beuverie, faut pas déconner).


Je crois qu'on peut lire plusieurs livres à la fois si et seulement si ils ne sont pas du même genre. Donc là si on dit que tu as une autobiographie, un essai et un roman, ça va, t'es sauvé.
Maintenant si on chipote sur Le premier homme, qui est aussi beaucoup romancé, bon ben là t'es foutu...


 


 



Bobzeflash 05/02/2011 11:45



Oui très bien mais pourquoi me parlez-vous des Histoires comiques des Etats et Empires de la Lune ?


 


(oui je sais je le fais super bien)