Le jour où fut révolutionnée ma vie de malade

Publié le par Bobzeflash

Etape 1:

j'ai mal aux dents. Généralement, j'aime bien avoir mal aux dents, parce qu'au moins je sais où j'ai mal. Mais là quand même, au bout d'un moment, je prends une décision inattendue : je prends rendez-vous avec un dentiste.

Le dentiste me diagnostique une infection, me recommande d'aller voir un spécialiste en racines radibulaires ou tuberculiques je sais plus, à la suite de quoi je suis convié à revenir le voir pour qu'il puisse me prodiguer sa prestation prothésiste à 2800 €. Hum.... Négocions. Je lui demande ses tarifs pour du métal et non de la céramique (c'est mon côté Cronenbergo-Ranxerox), et il me répond sans rire : "je ne propose jamais de métal, ça heurte mon sens de l'esthétisme".

Récapitulons : afin de ménager son sens de l'esthétisme, je dois m'acquitter de 2800 € pour couronner deux dents.

Etape 2 :

peu au fait des tarifs dans cette profession, j'appelle ma cousine qui achève ses études de denterie, et je la trouve en train de taper le carton travailler sa thèse avec trois autres amis étudiants. J'ai donc droit à une quadruple consultation, dont il ressort que mon dentiste "doit avoir une piscine en construction".

Conclusion : nous concluons qu'il faut faire jouer la concurrence.


Etape 3 :

je rencontre Anne. Anne est charmante, pédagogue, pas commerçante (puisque qu'elle me recommande une solution qu'elle ne pratique pas) et je décide de lui vouer ma confiance. Je lui ouvre donc mon canal et mon mont Palatin (tu le savais toi que tu avais un mont Palatin dans la bouche ?) et elle me prévient que ça peut s'enflammer quelques jours plus tard.

En attendant, elle me met un drôle de produit, et pendant plusieurs jours (là ça s'est un peu estompé hélas), il suffisait que je sollicite ma dent avec ma langue pour goûter ce truc un peu euphorisant, comme de l'exta sous perfusion dentaire.

Bilan de l'étape 3 : le lecteur est en haleine, la tension monte.

Etape 4 :

Un beau jour, en me réveillant, j'ai très mal à l'oreille (du genre : très, très mal). Je me dis que c'est peut-être une métastase de mon inflammation attendue initialement en zone buccale. En même temps, ma dent défectueuse est à gauche, mon oreille endolorie à droite, mais bon, de nos jours, avec le détraquement du climat, et les jeunes qui ne pensent qu'à brûler des avions et des sous-marins, faut plus s'étonner de rien. Donc bon, je lève l'option sur mon ordonnance et je m'envoie la dose nécessaire d'antibiotiques en vue de calmer ma douleur.

Postface de l'étape 4 : le suspens de ce post est à son comble : "mais que va-t-il se passer ??!! En quoi sa vie va-t-elle être révolutionnée ?!! j'en peux plus !!!!"

Etape 5 : (c'est là que tu comprends que tu aurais pu directement passer à l'étape 5, les premières étapes étant facultatives) (en fait)

Samedi, je décide de me produire en soirée. A un moment, mon pote Nicolas me tend un verre (une forme de cocktail brésilien) : je refuse son invitation, alléguant que je suis sous antibiotiques (vu que moi, on m'a dit que quand on est sous antibio, on ne boit pas d'alcool, voilà, c'est comme ça, demande pas pourquoi, t'es médecin peut-être, non, alors fais ce qu'on te dit et arrête de faire le malin pour une fois). Or mon pote Nicolas, justement, a prêté le serment d'hypocrite*** et me fait une révélation qui va bouleverser mes futures périodes sous antibiotiques jusqu'à ma mort : c'est le foie qui dégrade le médicament et lui permet de faire effet, et c'est le foie qui dégrade en même temps l'alcool. Alors quand le foie est occupé à dégrader l'alcool (il alterne entre dégradation d'alcool et dégradation de médicament) il ne peut dégrader l'antibiotique : ça diffère donc l'effet du médicament, mais ce n'est pas nocif. Tu seras juste malade plus longtemps, mais à l'inverse, tu es aussi bourré plus longtemps (si t'as bien suivi).

Amis, fêtons tous la bonne nouvelle comme il convient.

*** qui est l'auteur de ce magnifique jeu de mots ? (un blog d'or au vainqueur/queuse)

PS :
(attention, ce PS n'a rien à voir avec l'article mais il est imposé par une actualité brûlante) : m'emparant dans le métro d'un "Paris c'est nous" ou je ne sais plus quel journal, je découvre avec stupeur à côté du mot "métrosexuel" le mot : "übersexuel". Et là, bien sûr, stupeur. Quelqu'un peut-il m'aider car je n'ai aucune idée de ce que ça signifie, que le petit Robert me lâche en rase campagne, que je ne sais pas si je dois devenir übersexuel pour rester tendance, et en plus j'ai peur qu'Aurélia ne raille encore mon inculture sexuelle ?

Commenter cet article

Chick 01/02/2007 09:52

Tu disais, Badibuh ?

Caroline 31/01/2007 12:53

Le coup du dentiste heurté dans son sens de l'esthétisme, on vient de me le faire. J'ai donc changé pour une dame un peu moins esthète : bilan de l'opération 3000€ d'économisés (oui, oui, vous avez bien lu !). Il faut dire que la première avait fait fort, me faisant croire qu'elle avait un accord avec ma mutuelle alors qu'elle ne l'avait pas et donc en plus des tarifs prohibitifs, j'étais moins remboursée !

Ashe 30/01/2007 11:15

Visiblement peu de germanophones sur ce blog ... Le übersexuel est un missionaire. Il est au-dessus du sexe et ne le pratique qu'ainsi. Il explore des territoires neufs mais en restant toujours AU-DESSUS de la mélée. Son coït, quoique furtif, est dominateur. Il se double parfois d'über mensch. L'unter sexuel, lui, en est l'exact inverse, son double diabloque, son mister Hyde. Il est toujours DESSOUS. Il s'approche plus du métrosexuel, sauf du coté de Javel et de la Rapée où il lui arrive de passer en position über...

Bobzeflash 30/01/2007 14:14

Coït furtif mais dominateur.Tout à fait moi.C'est donc bien ça.Merci, Ashe, d'avoir contribué à me permettre de mieux cerner mon identité sexuelle.

Badibuh 30/01/2007 11:02

Les dentistes c'est des communistes, alors que le foie c'est un mec bien (cours de médecine, deuxième année).
Sinon j'ai envie de dire belsunce breakdown, mais je sais pas trop pourquoi.
Ah et sinon les marseillais, à demain soir! Parce que je crois bien que vous avez un 4-1 coincé au fin fond de votre cul. Enfin je dis ça, je dis rien (droit au but).

Bobzeflash 30/01/2007 14:11

Moi je trouve que tu as raison de dire belsunce breakdown.Tu célèbres ainsi la plus ancienne cité de France, et le club le plus capé de France qu'on va pas se laisser impressionner par des gens qu'on sait comment ils en sont arrivés là (s'il suffit de dégotter des bons joueurs avec des bons entraîneurs pour gagner ça nous intéresse pas, l'OM c'est le oaï !)

arpenteur 30/01/2007 10:44

L'übersexuel, est sans doute comme toi, il n'a pas peur du dentiste, et est prêt à se bourrer la gueule, même sous antibio, mais en se parfumant l'haleine avec un spray senteur goyave.
Ou sinon, la définition de Aurélia me semble tout à fait exacte.
Et sinon, c'est aussi ça, mais ça date
http://virgules.over-blog.com/article-2225484.html

Bobzeflash 30/01/2007 14:07

Damned.Un an que ça existe.Tu pourrais pas m'indiquer de suite, tant qu'on y est, toutes les autres néo-sexualités sorties depuis ? (les métasexuels, les nanosexuels, les rétrosexuels ?)