Impostures

Publié le par Bobzeflash

Je vous rappelle que ce blog est celui de la tolérance et de l'ouverture d'esprit. Tout commentaire d'insulte sera donc le bienvenu (notamment de la part de ceux que vraiment j'y arrive pas).

Isabeau et Turlupine, épisode 12 saison 8
It was a dark and stormy night. Perdue dans la plus haute pièce du plus haut minaret de Sainte-Sophie, Brunehilde fut saisie de vigoureux tressaillements lorsque le bailli pénétra dans la salle tant elle souhaitait ardamment le bouillave. Isabau, dont la tempérance était pourtant légendaire, fut sur le point de sortir de ses gonds car ses propres sentiments se voyaient contrariés par l'attitude frondeuse de Brunehilde ; elle lui lança donc une adresse vigoureuse : "vas-y connasse tu lâches l'affaire maintenant où jte marave la tetè ok ?"
Les deux jeunes femmes se jetèrent l'une sur l'autre (pouffe pouffe). Cékikivagagner ? allez, un panier garni au gagnant (si le gagnant est Ada, un dîner en tête à tête, uniquement vêtus de pagnes et de sombreros, eau interdite, gâteau à la noix de coco obligatoire).
Question subsidiaire parce que bon : a donde esta la mamma de Pedro ?

Requests Google # 5
« ta mère à bicyclette » : je ne pense pas te l’avoir présentée alors restons polis.
« ma bicyclette sans culotte » : va te rhabiller, c’est un blog de qualité ici, tu me fais peur.
« sic transit gloria mundi » : encore un moine bénédictin égaré.
« jeu où on trouve des images pour chaque lettre » : oui ben ça va j’en ai parlé que 17 fois
« petit corps trapu » : bon on va pas revenir là-dessus c’était une allégorie d’accord ? ? ?
« limande émaciée » : ça suffit, je possède de gros nichons, le monde doit le savoir.
« tu avales ? » : je ravale ma colère, ma salive et l'immeuble.
(Et à tout ceux qui sont pas contents, j’exprime mes regrets : *ptoui ptoui*) (et en plus, pour afficher ma nonchalance, je mange des madeleines *chomp chomp*) (pour te dire comme je m’en tamponne *boing boing*)

We now must say goodbye We've lost our good old mama

Allez, maintenant, tu le sais bien, en début de semaine, tu y as droit, au récit de mon week-end, et tu aimes ça (et ne me dit pas que non, t’es pas crédible). On n’a qu’à commencer par l’apéro en afterwork, ça t’es habitué, je suis sûre de pas te perdre tout de suite.
T’arrive un peu relâchée, normal, c’est vendredi soir quand même, sauf que là, mon pote le serveur m’amène une pression SANS cacahuètes, moi tu me connais, je lui demande des explications et il comprend tout de suite qu’avec les cacahuètes on ne rigole pas, alors comme il s’embrouille dans des explications vaseuses à base de compression budgétaire, je décide de changer d’endroit. Sur la route, je rencontre Quetzalcoatl, qui me raconte que la solution serait de ne plus penser à elle et il m’explique ça pendant ¾ d’heure. On arrive au nouveau bar, le serveur réalise que c’est pas le moment de déconner avec les cacahuètes, nous en apporte et pour fêter ça je l’embrasse sur la bouche (je t’assure que ça se fait) et on s’enfile 3 whiskeys en manière de pré-apéro. Là je reçois un texto de l’argenté argentin qui m’invite à le rejoindre à son impro théâtrale : « Jte bizoute for taka vnir kan tupeu oubli pa lpingouin  jpense for a toua » Le temps de faire un  crochet par  un vernissage où les gens sont pieds-nus et où je croise un Hawaïen habillé en Hong-Konguais avec un chapeau taiwanais qui me fait fumer des produits agricoles à peine traités par la main de l’homme, je manque de lui vomir dessus mais tu me connais, sous mes dehors provocateurs je suis une bonne fille, je vais plutôt aux toilettes. Plus tard je rejoins l’argenté très à l’aise dans un impro (alors même qu’il n’avait rien préparé) et m’embarque pour un petit voyage ferroviaire dans l’Altiplano dont je ne me sors pas indemne, et, du coup, jamais tu ne vas me croire, mais si je te jure c’est la vérité vraie : le lendemain matin, j’arrive à la bourre au taff (si si je t’assure).

Jeux de plumes
Me voici dans un jeu dont je suis l’héroïne, un jeu où je peux décider de sortir de l’écran comme d’y rester. Par exemple, je pourrais accompagner cette jeune fille, figée dans son effroi en raison de la mutation de ses appétences rigoristes qui finissent par se heurter à la froideur glacée d’une réalité encore trop empreinte de ses propres frustrations. Aujourd’hui, elle n’a plus peur, elle sourit, mais LUI s’éloigne sauf qu’elle décide de vivre parce que tout est plus facile désormais au gré de mon imagination au moment où elle a l’impression que tous la regardent.
(tu ne comprends rien ? moi non plus ! alors fais comme moi, prends des ecstasy, ça ira mieux)


Alors, oui, bon, hem…
Ben y a des jours, comme ça… parce que, déjà, ça peut pas être le nirvana tout le temps, hein, on finirait par s’ennuyer. Et pis bon, forcément, un beau jour, hein, bref. Voici donc le récit indispensable de mon début de matinée, et de quelques réflexions en forme d’états d’âme.

Hum.

Bon.

Bref.

Bon , ce matin, j’avoue, j’ai pas tout compris. Tout allait bien au départ, et même à la fin, lorsqu’il m’embrasse et franchit la porte d’entrée pour partir travailler. Sauf que là, d’un coup, il s’est retourné et m’a lâché avec un sourire : « bonne journée ! »
Et là tout s’écroule ! cte phrase ! ! mais qu’est-ce qu’il a voulu dire par là ? « bonne journée ! » ! de bon matin, comme ça, au moment où il me quitte ! Je sais que par moments je peux être sujette à des questionnements improductifs, mais là pour le coup vous avouerez qu’il y est allé un peu fort ! Alors bon, me faire découvrir le poisson et les légumes verts c’est bien beau mais derrière se comporter de cte manière ça va pô lfaire, moi que j'dis…


5 h 25 chrono (jack bauer qui s’enflamme)

12 h 03 : au moment où franz-ferdinand Spoliandostievpiski en partenariat avec Jack Bauerschmidt envisage de s’attaquer à la question des pensions de réversion, tu découvres que des Plutoniens ont mangé ta soupe et que tout est foutu.

17 h 52 : tu découvres aussi que le temps est écoulé, que Lionel Jospin s’est retiré (laissant MAM haletante) et que d’aucuns tentent de nous faire croire qu’ils ont 19 ans alors qu’on sait très bien ce qu’il en est, gravënpick maintenant.


Narcisse se mirant

Moi j'adore écrire des poèmes
Surtout quand ils ne riment pas
Et qu'ils sont moins longs
Que mes commentaires

J'adore aussi ne pas parler de moi
Ne pas peindre ce qui m'arrive
Ne pas décrire ce que je ressens
Ne pas flirter avec le réel

J'ai mis du temps à comprendre
Ce qui c'était passé
Mais aujourd'hui je sais
Que tu t'es trompée
Que tu es passée à côté

La mémoire morte a été touchée
Alors ça prend plus de temps
Mais le disque dur est maintenant changé
Et le processeur amélioré
ça va booster


Jeu de la Sainte-Gudule

Attention, voici un jeu qu'il est pas facile de le gagner
D'abord, il faut identifier ces cinq personnages célèbres
Ensuite, il faut trouver leur point commun
 Ensuite, il faut touver pourquoi
Enfin, il faut localiser un intrus

Par contre si vous trouvez, vous ne gagnez rien, on n'est pas chez Aurélia ici...


L'achat de ma carte orange : perspectives et doutes
Les déplacements à Paris, vous le savez, sont presque masochistes en voiture. N'étant pas masochiste, lol, je me suis résolu à l'achat d'une carte orange. Toutefois, à l'aube de mon achat, j'ai rapidement été saisi d'un profond questionnement. En effet, il m'arrive le week-end d'aller rendre visite à ma meilleure amie qui habite en zone 3. Cependant, je vis et travaille en zone 2. Dois-je donc acquérir une carte zone 3 ? Est-ce raisonnable ? Ne serais-je pas alors tenté de la rentabiliser et de m'auto-contraindre inconsciemment à lui rendre visite ? Ce comportement forcé va-t-il porter atteinte à notre amitié ?
Je sens que je suis au bord d'un basculement. Le monde est décidément trop violent pour moi. Je pense que le plus sage est que je diffère mon achat d'un an ou deux, histoire de bien me donner le temps de la réflexion, lol.

Le voeu réalisé
Brainstormant jour, nuit, matin, soir pour un journal m'agaçant aujourd'hui, j'ai du mal à la mobilisation : plus d'amour. Alors ? par où la solution ? Pizza mag ? Kwhiskas ? ou un blog ? ça va ça, non ?
(défi suivant : faire un texte sans "w" mais il faut que ça se passe dans un train)

Commenter cet article

La gReLuChe 26/11/2006 12:03

Mon dieu, un moment, un long moment, j'ai cru que t'étais devenu folle, avec des premières personnes au masculin et au féminin dans tous les sens, et qui voulaient rien dire en fin de compte, ah non, et pis j'ai remarqué du Badibuh et du Dragibus alors ça m'a mis la puce à l'oreille, et pis j'ai feinté, j'ai lu le titre.

Et tout s'est éclairé dans les commentaires.

Je sais pas si j'devrais, mais j'suis bien contente de pas m'être reconnue, sans doute grâce à mon interruption volontaire de blogure - ou à mon style inimitable - ou à ma trop grande notoriété :p

(dis, tu vas répondre à la fin ? 'Y a du monde qu'attend on dirait)

Bobzeflash 27/11/2006 14:23

ah ben oui mais bon aussi si tu as lu le titre...Sinon c'était bien sûr le caractère inimitable (un peu à l'instar de Nana Mouskouri, dont on peut toujours se moquer, mais qui ne fait pas l'objet d'imitations, tant sa voix est pure...)

Cassandre 26/11/2006 11:42

Alors voila, vous avez votre cadeau de Noël en octobre et depuis vous venez bien moins souvent jouer avec vos petits camarades  de récréation virtuelle ! Ou bien vous a-t-on confiqué votre ordinateur au bureau,ou donné une montagne de travail urgent, ou envoyé au bout du monde?

Bobzeflash 27/11/2006 14:21

C'est surtout l'avant-dernier, voire un peu le dernier si on considère que Madrid et Bruxelles sont le bout de monde (car je ne suis pas homme à laisser tomber mes potes pour une meuf, sachons-le)

oviri 23/11/2006 17:26

Tenez-bon Bob, n'allez pas céder bêtement à deux pas du succès. Votre stratégie du hors jeu passif était la bonne. Elle est en passe de toucher au but. Vous allez les avoir vos insultes, espèce de vous.

Bobzeflash 27/11/2006 14:20

Merci Oviri. J'ai effectivement réussi (j'ai même obtenu un "paltoquet", pour vous dire). Maintenant je peux reprendre sereinement le cours de ce blog.

L'agent de bob 23/11/2006 16:27

Mais dis-donc ?Tu glandes quoi au juste ?T'as vu l'état de ton blog ?Alors ça y est, Monsieur a du boulot et plus ou moins une meuf, et ça y est on le voit plus ?Allez, tu vas te remettre au boulot et fissa, sinon moi je te traîne devant les tribunaux.

Bobzeflash 27/11/2006 14:16

Je sais qui tu es.Alors fais attention.(vu que ton adresse IP ressemble étrangement à la mienne)

mina 22/11/2006 18:52

Aurélia a raison, c'est une double in-POST-dur

Bobzeflash 27/11/2006 14:15

Normalement les jeux de mots pourris ici c'est Nono, fais attention, tu pourrais avoir des ennuis...