La cuenta por favor

Publié le par Bobzeflash

Forcément, il y a un moment, lorsque tu es payé à pas faire grand-chose, où ton destin te rattrape et où il faut passer à la caisse. Je me doutais bien que je ne pourrais pas continuer ad vitam aeternam à venir au boulot en tongs, mais je ne pensais que tout s'accélèrerait comme ça.

Déjà, lundi, révolution informatique personnalisée : dépositaire du plus vieux modèle du service en matière d'ordinateur, modèle qui me convenait parfaitement, moins d'ailleurs pour des motifs de performance que de design, ne voilà-t-il pas qu'un informaticien débarque  dans mon bureau pour m'expliquer le système de rotation des appareils, basé sur le principe du first in first out (principe que je maîtrise assez bien, je dois dire, pour l'appliquer à mes petites amies), et en profite pour m'installer un double écran : deux écrans physiquement distincts, mais logiciellement fondus, ce qui permet de faire glisser une fenêtre de l'un à l'autre sans rupture de données (même pas je savais que c'était possible). Intérêt professionnel : ben je cherche encore, par contre d'un point de vue ludique ça m'a bien occupé un quart d'heure à faire glisser des applications d'un écran à l'autre (c'est peut-être ça, mon truc, dans la vie : faire glisser des trucs).

Bon, le coup du double écran, encore, c'est pas trop grave : j'ai pas trop rien dit. Ca s'est compliqué ensuite à l'occasion d'une fête de l'esprit où tout le service était réuni, afin de s'adonner à une activité proche du Risk pour ceux qui connaissent : l'idée est de répartir les déplacements, sachant que contrairement à la quasi-totalité de mes collègues je n'aime pas me déplacer, en tout cas professionnellement : prendre l'avion m'a amusé la première fois quand j'avais dix ans, depuis l'intérêt s'est émoussé ; me frapper des conférences bavardes qu'un judicieux opuscule peut très bien résumer me fatigue ; mais plus que tout, j'ai du mal avec les déjeuners et les dîners engoncés à discuter de boulot sans avoir rien à dire de productif (c'est rare de choper un scoop sur qui a couché avec qui la semaine dernière) et à produire de "bons mots" bien dans la lignée humoristiquement validée par la hiérarchie. Bref, d'habitude je m'en tire plutôt bien mais là ma chef s'est mise dans la tête que moi aussi j'avais le droit d'en profiter :
"[ma chef] : Bobzeflash, pour vous j'avais pensé à La Haye ou à Rome, mais peut-être plutôt la Haye non ?
"[Bobzeflash en aparté à son voisin] : La Haye, c'est bien là où il y a des putes en vitrine ?
"[mon voisin en aparté à Bobzeflash] : ah non, ça c'est Amsterdam
"[Bobzeflash à l'assemblée] : pour tout dire, j'ai récemment plutôt investi sur les thèmes X et Y alors peut-être que Rome conviendrait davantage [...]
"[Ma chef] : Bon, Bobzeflash à Rome, et pour La Haye, quelqu'un ?"
Au moins, l'avantage de jamais partir, c'est qu'on peut choisir un minimum, et donc là j'irais au moins au sud. Par contre je sais que ça va être très très chiant, non que ce soit ennuyeux en soi, mais parce que ça va être improductif.

Dernier point : une nouvelle mission ! n'importe quoi ! on me confie une nouvelle mission (sans qu'il soit question d'augmentation ou quoi d'ailleurs, tu vois le genre), pas tout seul heureusement, nous sommes deux pour concevoir un système ab abstracto (c'est pas mal ab abstracto non ? j'ai hésité avec ex nihilo mais n'ayant quasi-jamais fait de latin, je ne suis pas sûr ni de leur signification ni même de leur existence véritable), et là, j'avoue, j'ai été bluffé par mon jeune collègue qui m'a soumis un procédé assez innovant (enfin innovant pour notre époque) : débarquant dans mon bureau, il m'a proposé d'aller se promener dans des jardins jouxtant notre institution, et nous voilà en plein après-midi, arpentant les allées au milieu des babillages et des jeux de ballons, réinventant donc la méthode des péripatétiques, éprouvant d'abord nos sens avant de solliciter l'intellect, selon la formule d'Aquinas : « rien n'est dans l'intellect qui ne soit d'abord passé dans les sens ». Le résultat : on verra ; en attendant, je note tout de même qu'en dépit de cette initiative audacieuse, les crânes d'oeufs issus des plus grandes écoles françaises, pour brillants et rapides qu'ils soient, partagent très souvent la même carence : pas d'esprit créatif. C'est là que nous, les branlots, intervenons.

Commenter cet article

chick 04/10/2006 23:03

Ah bon, y'a la Pologne dans le Risk maintenant ? Va falloir que je trouve la nouvelle version...(ah que ça fait du bien de voir quelqu'un citer cette phrase de Desproges !)

Didine 04/10/2006 12:03

Bon, y'a du relâchement ici, il vient ce nouvel article ?
Sinon, juste une remarque en passant : alors comme ça, ton truc dans la vie, c'est de faire glisser des trucs ?...(Hum...ouais, bon, je repars, ça m'aide pas à me concentrer tout ça...)

Bobzeflash 08/10/2006 20:27

Non mais ça va pas ? Tout le monde se nonoïse ici ????? (je parlais de : faire glisser ma langue sur mes lèvres, faire glisser mon stylo sur mon pouce, et faire glisser la conversation vers les sujets non -embarrassants)

N. le naudit 03/10/2006 20:00

Non rien, c'est juste que j'ai vu le mot "défloré" écrit juste au-dessus.
 
Mais à part ça, je vais bien, hein, pas de panique...
 
N. le vraiment vraiment très beaucoup naudit...

Bobzeflash 08/10/2006 20:25

N. espèce de dégoûtant arrête de t'exciter sur mon blog et va faire ça sur le tien !

N. le naudit 03/10/2006 20:00

Non rien, c'est juste que j'ai vu le mot "défloré" écrit juste au-dessus.
 
Mais à part ça, je vais bien, hein, pas de panique...
 
N. le vraiment vraiment très beaucoup naudit...

Bobzeflash 04/10/2006 11:46

nonotiens toi un peu quand mêmeil y a des jeunes filles qui peuvent te lire, voire même la dame de tes pensées...

blueco 02/10/2006 22:39

Arf, mon cher Bob, chuis bien emmerdé. Je suis victime de ton succès et comme je me réveille un peu tard pour les commentaires, le sujet a déjà été largement défloré. Je ne ferai donc que paraphraser d'autres commentaires.
L'addition, s'il vous plaît, je trouve qu'elle est légère pour toi. Je ne vois donc pas non plus le rapport entre le titre et le contenu de ton article....Et tout de même, demander une augmentation parce que l'on va te donner une mission supplémentaire (en même temps, 0+1, ça ne fait jamais qu'un donc bon, faut quand même pas déconner non plus), je trouve ça un peu vahiné (ben ouais, parce que comme chacun sait, vahiné, c'est gonflé, OK, je sors.........).
Sinon, tout le monde s'en tape mais ma soeur a eu l'occasion de passer un we à Amsterdam et un autre à Rome et a beaucoup aimé ces deux villes. Dire que mes rares déplacements professionnels ne m'emmènent pas plus loin qu'à Vincennes, quelle tristesse.....

Bobzeflash 04/10/2006 11:46

bravo pour vahiné, je vois que tu te lances dans le jeu de mots de qualité, ça fait plaisir (non c'était rigolo). Pour l'augmentation... je note que tu n'es pas d'accord. Ce qui signifie (par exemple, hein), que si toi tu touches un petit bonus du fait d'une mission supplémentaire (type intervention dans une formation...) tu vas reverser aux bonnes oeuvres du Trésor public le trop-perçu ? bravo, là tu me scotches et je m'incline bien bas devant ta déontologie...