désir, lassitude, renouveau, dissémination/compétition

Publié le par Bobzeflash

Lorsqu'à la fois la Féline, Mina et Yves conjuguent leurs conseils pour m'inciter à lire "la possibilité d'une île" de Houellebecq, poussant même l'audace de me le mettre dans les mains pour l'un d'entre eux, il faut bien que je m'y mette. Ce serait censé apporter de l'eau au moulin de ma réflexion quant à la rédaction d'un petit opuscule sur lequel je travaille depuis... et que j'ai humblement intitulé "Théorie Générale du Monde" (tant qu'à faire) (l'objet de cette théorie étant d'explorer ce qui nous meut). En introduction du premier chapitre du livre de Houllebecq, nous trouvons ceci :

"Or, que fait un rat au réveil ? Il renifle" Jean-Didier - biologiste.

Sans doute Houellebecq fait-il allusion à Jean-Didier Vincent, qui est un de nos biologistes les plus rigolos. Cela me rappelle une série d'émissions passées un dimanche de ce printemps (il me semble même en avoir déjà parlé mais selon mes calculs personne ne devrait s'en apercevoir) organisée autour du désir. J.D.-Vincent racontait cette édifiante expérience en laboratoire perpétrée sur des rats (vous pouvez reproduire l'expérience à la maison, il suffit pour cela de vous procurer deux paires de rats) :

Prenez un rat, et mettez-le en présence d'une rate (il faut bien s'assurer auparavant qu'ils n'ont jamais lié connaissance). Observez. Dans des conditions standard de température, pression et orientation sexuelle de chacun des protagonistes, le rat va couvrir la rate. Et le bougre va même s'y reprendre à six reprises d'affilée (ben oui c'est qu'un rat, c'est comme une machine, c'est pas comme si c'était un mec avec une sensibilité et tout). Après la sixième saillie, soudain, plus personne. Hypothèse n°1 : la rate n'est plus désirable. D'où la mobilisation du second rat, qui piaffait en attendant son tour, et qui ne va pas se le faire dire deux fois lorsqu'on lui présente la demoiselle : la rate était donc encore désirable (et elle dit pas non, cette chiennasse de rate). Hypothèse n°2 : on pourrait surtout supposer que le premier rat est un peu fatigué. C'est là qu'intervient la seconde rate : fournissez-la lui, toute fraîche et pimpante, et le voilà tout ragaillardi à l'assaut de sa nouvelle copine...

Conclusion : l'usure du désir est mécanique. Et la question est d'importance : "(...) A la question de savoir si la détérioration de la relation sexuelle est la cause ou la conséquence du malaise des couples, la sexologie clinique, en tant que discipline médicale, répond sans ambiguïté. Pour elle, c'est la difficulté sexuelle qui est la cause de tout" (Naouri).

Mais alors ? L'infidélité serait-elle la norme naturelle ? La fidélité serait-elle une vaste mascarade inventée par les femelles pour nous contraindre à rester indéfiniment auprès d'elles afin de garder le nid ? Ou pire ! inventée par les mâles qui veulent soustraire leur(s) partenaire(s) à la concurrence d'autres spermatozoïdes ? Damned. Que doit-on faire ? Va-t-on s'en sortir ?

[ps : sur la question de besoin de nouveauté : "adultère" signifierait "aller vers un plus autre" d'après Aldo Naouri. Il y a eu la semaine dernière dans Le Monde une série d'articles intéressants sur le sujet. Pour les lire, vous allez sur le site du Monde, vous tapez Naouri dans le moteur de recherche, vous copiez le titre des articles qui apparaissent, vous collez ce titre chez Google, et vous accédez sans abonnement à l'article. Ca reste entre nous. Personnellement, je vous conseille les témoignages du 3ème article]

Publié dans La vie des bêtes

Commenter cet article

julien 30/09/2006 23:52

Juste une p'tite précison sur les rats (dont tu fais référence dans un autre article afin d'établir des observations sur les origines probables de l'infidélité) Et bien dans ce genre d'expérience, un autre test avait été établi, allant dans le même sens que l'oservation initiale, et c'est pour cela que je tiens à l'exposer. Après les 6-7 copulations du rat, et la lassitude du mâle, avant d'amener une nouvelle femelle provoquant un excés instantanné d'envie sexuel, ce ptit rat a été isolé un bref instant, séparé par un cloison transparente afin qu'il puisse assister à un spectacle assez glauque (enfin, si on part du principe que si ça nous était infligé, on l'aurait mauvaise...), la femelle ne présentant plus d'intérêt était dans le compartiment voisin avec un autre mâle "tout frais", et forcément, l'inévitable arriva, ce dernier ne manqua de satisfaire sa compagne. et bien cela provoqua chez le mâle d'origine une envie subite d'y retourner, genre "j'aurais le dernier mot". On peut expliquer cela par la lutte génétique, à vouloir être le géniteur le plus probable. Et bien, cette expérience va dans le sens de tes propos contenu dans un article plus récent que celui là : la libido de la femelle est relancée par un autre, le mâle d'origine peut redevenir intéressant (donc pour en revenir à nos humains, une femme qui se perd un instant dans les bras d'une tiers personne redécouvre du désir chez son bonhomme, et ce même bonhomme, s'il sent la trahison sans vraiment le savoir,  et bien cela peut lui donner du coeur à l'ouvrage, histoire de pas se retrouver avec le bambin du facteur) conclusion : tant que cela reste assez secret, l'infidélité n'aurait pas du bon pour relancer la vie sexuelle d'un couple ? bon, là, c'est un peu gros, je reformule : avons nous vraiment la maîtrise des stratégies de reproduction qui se sont mises en place bien avant le langage (et qui ont fait leurs preuves, bah oui, nous sommes là en bon représentant de notre espèce) bref, en tout cas, la majorité de mes amis en couple le sont depuis presque dix ans, comme on a 29-30 ans pour la plupart, en mauvais observateur, aurais je loupé quelques écarts inévitables dans leurs parcours ?? bah mince alors !! et comme moi, de mon côté, je suis loin d'avoir atteint un "bail" aussi long, j'ai peu de recul sur la chose !! reste plus qu'à me trouver une nouvelle et attendre...

Bobzeflash 04/10/2006 10:35

Merci pour cet apport intéressant. Pour tes amis, il faut juste les observer de plus près : en faisant cela, tu remarqueras peut-être qu'ils sont affublés de marmots, ou pas. Or je pense que l'apparition du marmot est beaucoup dans le splittage du couple de 7 ans (ou alors tes amis ne te disent pas tout ;-))

Clochette 07/09/2006 11:35

Si on arrêtait de déduire du comportement des rats la légitimité de certains comportements humains ou si on y introduisait quand même de la nuance en ajoutant la notion de "libre arbitre" ce serait pas plus mal (enfin moi je dis ça je dis rien).
Après libre à chacun de vivre sa vie à sa façon avec ou sans infidélités (l'essentiel étant de ne pas se pourrir la vie ni celle de l'hypothétique autre qui la partage parfois ...)  

Bobzeflash 07/09/2006 15:27

regarder l'humain en face étant aveuglant, il faut bien tenter des détours pour établir des règles puis vérifier leur application. Ainsi, tu peux analyser le libre arbitre comme la possibilité de choisir contre le déterminisme génétique. Ca n'empêche pas d'essayer de comprendre le déterminisme génétique. On en reparle à l'occasion parce que c'est complexe tout ça (je suis d'accord avec toi en fait je sais pas si ça s'est vu dans ma réponse)

ancat 03/09/2006 17:35

Cher bob, tu voudras bien excuser mon insistance, aurais-je la berlue ? Le paragraphe 4 ne commence t-il-pas par : "conclusion :.." ? Et la suite : l'usure du désir est mécanique... ahhhhhh ? Il suffirait donc de changer un boulon et de rajouter un peu de graisse ? Je ne crois pas ! L'usure du désir est.... inéluctable, après à nous (enfin je veux dire aux protagonistes) de mettre en oeuvre des stratagèmes destinés à relancer ce désir, ouais, ça demande une certaine énergie mais ça entretient la forme ! Jusqu'à ce que, passé un certain âge, le désir se transforme en tendresse.  Après il y a des hommes fidèles (je n'ai connu que ça quasiment) et des femmes infidèles...Pfff je m'égare

Bobzeflash 04/09/2006 17:44

Chère Ancat, bravo pour ton insistance. Effectivement, tu as raison : il y a bien une conclusion, qui n'est pas la mienne mais celle de l'étude. Pour le reste, ben je continue à m'interroger mais je partage assez ta vision (tu vas pas me croire mais je connais aussi des hommes infidèles)

Miss B 03/09/2006 11:46

Pis Mac lesggy sur la 6 il a dit que l'infidélité était génétique chez les hommes, alors hein ! Poupougne !!

Bobzeflash 04/09/2006 17:28

c'est vrai mais l'homme n'est pas constitué que de gènes...on en reparle !

Miss B 03/09/2006 11:45

J'argumenterais volontiers. Mais pas ici. J'irai faire ça chez moi ! Je ne pense (veux) pas que ma théorie soit la bonne, mais peut-être qu'en l'exposant quelqu'un pourra me prouver le contraire. Tu as très certainement des a priori sur les rates toi aussi ! et malgré le temps qu'elles passent à vouloir te démontrer le contraire, parfois tu campes sur tes positions, me trompe-je ?

Bobzeflash 04/09/2006 17:27

eh bien non, il m'arrive de changer mon opinion, à bientôt donc chez toi pour la suite du débat...